Soutien politique à l’innovation : quel impact concret sur les start-up ?

Compta-Start-Up.com - iAn-Up - Soutien politique à l’innovation : quel impact concret sur les start-up ?

Le Comité Richelieu et Sogedev a présenté le 7 novembre dernier, un rapport sur l’incidence de l’action gouvernementale en faveur de l’innovation sur les entreprises telles que les start-up.

Après quatre années passées à interroger les jeunes entrepreneurs, il ressort de l’étude un bilan en demi-teinte : aux yeux des startupers, le mouvement doit manifestement s’accélérer et connaître des adaptations car s’il existe aujourd’hui une politique au service de l’innovation, aucun effet significatif n’est véritablement constaté.

Une action globale pour l’innovation sans grande efficacité selon le monde des start-up

L’innovation a trouvé une place dans les politiques publiques. L’émergence du crédit d’impôt recherche (CIR) puis du crédit d’impôt innovation (CII), la création d’OSEO restructurée ensuite dans le cadre de BPI France, la mise en avant de la « French Tech » sont autant exemples probants.

Cependant, aucune donnée ne permet aujourd’hui de mesurer l’effet réel de ces dispositifs, à l’exception du CICE qui cela dit et malgré le terme « compétitivité », ne constitue pas réellement en pratique un mécanisme orienté innovation.

Une accélération indispensable de la politique d’innovation au service des start-up

Quatre ans après le lancement du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, seules 20 % des entreprises estiment qu’il répond à leurs attentes et besoins. Ce constat appelle une réaction des pouvoirs publics selon le rapport du Comité Richelieu et Sogedev.

Quant au crédit d’impôt innovation, la complexité administrative semble bloquer son développement (22 % des entreprises y ont eu recours en 2016 pour 28 % en 2015). Il en va de même pour la centralisation des activités de BPI France qui ne séduit que minoritairement ou bien encore, du dispositif French Tech resserré sur les start-up et l’univers numérique (seules 19 % des entreprises participent ainsi à un projet de labellisation).

Certaines mesures emblématiques en faveur des start-up ont « fait mouche » !

Malgré un constat global relativement décevant, certains dispositifs continuent néanmoins de rassembler un assez large suffrage. C’est le cas notamment de la jeune entreprise innovante (JEI), du crédit d’impôt recherche ou bien encore, de la médiation de l’innovation.

Ainsi, 88 % des entreprises qui bénéficient du statut de JEI estiment que celui-ci a un impact très positif sur leur activité. Par ailleurs, 52 % considèrent le crédit d’impôt recherche comme étant indispensable à leur activité. Enfin, s’agissant de la médiation, 60 % sont satisfaites. Le médiateur semble jouer un rôle très concret et positif sur les start-up. Le rapport du Comité préconise en ce sens d’en faire une promotion plus importante.

Bon à savoir

i

Les experts-comptables de l’équipe iAn-up sont disponibles pour accompagner votre start-up dans l’innovation.

Vous pouvez d’ores et déjà découvrir notre dossier spécial aide à l’innovation pour les start-up !

Laisser un commentaire

Top
Tweetez
Partagez